• Gif musique platines 54351

     

     


     

    - The Flamingos : "I Only Have Eyes For You"
    - Bo Diddley : "Bo Diddley"


     


    The
    Flamingos

     

    http://images.amazon.com/images/P/B0000085TB.01._SCLZZZZZZZ_.jpg

    " I Only Have Eyes For You" (1959)

     

    The Flamingos est un groupe américain de doo-wop formé en 1951 à Chicago dans l'Illinois par Jake Carey (chant, né Jacob Carey), son cousin Zeke Carey (chant ténor, né Ezekial Carey), Paul Wilson (chant baryton) et Johnny Carter (chant ténor, né John E. Carter).

    Les Flamingos eurent du succès jusqu'en 1970 et reste l'un des groupes préférés des aficionados de groupes vocaux.

    Le titre "I Only Have Eyes For You" fut disque d'or en 1959.

     

    "The Chancellor Of Soul", Mike Boone et Terry Johnson des Flamingos au "Rock and Roll Hall Of Fame"
    au Waldorf Astoria de New York


    http://warmowski.files.wordpress.com/2009/08/flamingos591.jpg

    -

    -

     

    -

     

    Bo
    Diddley


    Né le 30 décembre 1928 à McComb, Mississippi, décédé le 2 juin 2008 à Archer en Floride, Ellas Otha Bates McDaniel, dit Bo Diddley, est devenu l’un des pionniers du rock'n'roll sous le nom de Bo Diddley.


    Album studio (1958)

     

     

    Ce disque, est le premier de la longue carrière de l'un des plus grands pionniers du rock'n'roll, enregistrés en 1958. L'album est sorti par l'extraordinaire label Chess de Chicago, dont l'âge d'or se situe précisément dans la décennie 1955-1965. Le premier fait d'armes de Bo Diddley fut son passage au très conventionnel Ed Sullivan Show, en novembre 1955 : alors qu'il devait interpréter un morceau écrit par Merle Travis, il a joué « Bo Diddley »... Un moment de courage qui a été sanctionné par une censure du maître de cérémonie (à la coiffure et aux dents improbables).


    "Bo Diddley" (Rome, 17 novembre 1988)

     

    Le morceau " 'Bo Diddley", véritable marque de fabrique, qui éclate ici comme une évidence, parfois appuyé par les maracas de Jerome Green. A cause de cette extraordinaire rythmique, le jeu de guitare et le chant de Bo Diddley restent souvent ignorés. Pourtant, il a aussi servi de modèle à la plupart des rockers de la fin des années cinquante et du début des années soixante. La guitare est cinglante et précise, les solos sobres mais efficaces ; et la voix n'hésite pas à s'aventurer aux limites du chant .

     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique